L’improvisation théâtrale, outil d’intervention systémique. Et si tout n’était qu’une histoire d’interactions ?

Par Florence Pire *

Formatrice, coach, improvisatrice et clown d’intervention.

Ex-pression asbl (www.ex-pression.be)

Le jeudi 19 avril 2012 à 20h00

En improvisation théâtrale, tout est à créer. À la fois scénaristes, metteurs en scène et interprètes, les jouteurs co-construisent une histoire avec pour seuls matériaux leur corps, leur imaginaire, leur ouverture et le « oui et … ». Comme pour entrer en relation, l’impro demande d’aller vers l’autre, de s’exposer à son regard, d’assumer ses positions et de les remettre en question, de s’ouvrir à l’interactivité, d’écouter et d’utiliser les langages verbal et non-verbal. La construction de l’histoire côtoie la construction de la relation. L’impro est un modèle basé sur les communications revisitées par analogie et humour, qui touche directement l’individu au niveau de ses relations à soi, à l’autre et au groupe. C’est un outil mobilisateur et pertinent qui amène un renversement dans le mode habituel d’apprentissage, offrant ainsi un décalage révélateur de sens au service du changement.

Renseignements pratiques :

Date : 19 avril 2012 à 20h00

Lieu :

Maison du Chant d’oiseau – Centre de formation

Avenue des Franciscains 3a – 1150 Bruxelles

L’entrée du parking de la Maison Notre-Dame se trouve au début de l’avenue sur la droite.

Bus 36, direction Konkel – Arrêt Chant d’Oiseau

Places limitées : inscriptions souhaitées à l’adresse mail : info@s-o.be
Coût : 
10 €, membres S&O et étudiants : 7 € (Information bancaire : BE78 5230 8022 9886 – BIC TRIOBEBB)

 

* Assistante sociale, licenciée en travail social et formée à l’intervention systémique, Florence Pire utilise l’improvisation théâtrale comme outil de formation, coaching et supervision auprès de divers publics adultes depuis 10 ans. Improvisatrice et clown, elle organise et participe à des prestations artistiques « en direct ».

Laisser un commentaire