L’organisation qui apprend…

Lecture systémique de la fonction de la violence dans l’organisation avec Jacques Pluymaekers le 13 mars 2010

Toute organisation (famille, l’hospice, l’école, l’hôpital, la justice, l’entreprise….) peut s’avérer rigide, injuste et violente…

L’espace par exemple est une de ces dimensions dont l’organisation ne peut faire l’impasse. Toutes deux ne trouvent à s’inscrire dans la réalité qu’à travers des dispositifs spatiaux, architecturaux et réglementaires…

Ces dispositifs ne sont pas neutres ou simplement organisationnels. Pour les membres de ces systèmes, ils représentent des lieux où les liens affectifs et l’identité sont mis en jeu pour le meilleur ou pour le pire.

Au delà des actes de violence que notre société a tendance à stigmatiser, il semble pertinent de questionner la fonction de cette violence au niveau des systèmes eux-mêmes…

Dès lors, il s’agit de proposer une lecture systémique qui ouvre à la diversité, à plus de souplesse, plus de justice et moins de souffrances au sein des organisations…


Jacques Pluymaekers est psychologue, thérapeute familial. Après plusieurs années comme psychologue en institutions d’éducation spécialisée, il crée à Bruxelles en 1971 « la gerbe », à la fois équipe d’Associations en Milieu Ouvert, d’animation communautaire et centre de santé mentale. Il innove dans les pratiques de quartier, et les pratiques de réseau en Belgique. Il est aujourd’hui responsable et formateur à l’institut d’études de la famille et des systèmes humains, président de l’association « Réseaux et familles » à Montpellier et Président de la Chambre des Membres Individuels de l’Association Européenne de Thérapie Familiale.

Laisser un commentaire