Pédagogie systémique du projet d’architecture : EN TO PAN

Auteur :
Damien CLAEYS
Architecte, Docteur en art de bâtir et urbanisme, Chargé de cours
Faculté d’architecture, d’ingénierie architecturale, d’urbanisme (UCL)
damien.claeys@uclouvain.be
Résumé :
À la croisée des sciences humaines et des sciences exactes, la conception d’un projet d’architecture est un pro-cessus à la fois circulaire, itératif et (auto)réflexif. Le concepteur est toujours face à un problème complexe à résoudre quelle que soit l’échelle de l’intervention qu’il projette sur l’environnement construit. La situation ac-tuelle du monde de la construction n’arrange rien, puisque le nombre des intervenants augmente, les réglemen-tations se compliquent et le nombre de données à prendre en compte explose.
Lorsqu’au cours d’un temps limité, un professeur d’atelier enseigne le projet d’architecture à de futurs archi-tectes, il doit pouvoir former l’étudiant à raisonner en situation complexe pour qu’il puisse être capable, par la suite, de construire des édifices conçus en adéquation avec les contraintes du réel. Il tient compte également de l’impossibilité – sauf en de rares exceptions – de construire réellement les projets imaginés par les étudiants. Des dispositifs pédagogiques spécifiques au cours de projet d’architecture sont utilisés et ils portent sur le type d’encadrement, la disposition du lieu de travail, la temporalité des échanges, les connaissances recherchées et le type d’évaluation du travail en devenir des étudiants. Ces dispositifs mobilisent, souvent sans le savoir, des outils de l’approche systémique. Le rapport particulier entre le cours de projet d’architecture et les autres cours de la formation des architectes est également important.
En raison de son caractère multidisciplinaire, un projet d’architecture risque constamment de mener à une im-passe, parce qu’à force de boucler entre toutes les dimensions enrichissantes qui peuvent l’alimenter, aucune solution ne peut être figée sans réduction du réel. À l’image des ouroboros, le serpent risque toujours de se mordre réellement la queue parce que le projet d’architecture est en to pan (l’un et le tout) permanent alors que l’édifice réel est unique. Si la richesse d’un processus de conception architecturale est nécessairement circulaire, comment sortir de la boucle pour le concrétiser ?
Mots-clés :
architecture, systémique, complexité, conception, circularité, projet d’architecture, enseignement

Lien vers l’article : Texte de la conférence

Laisser un commentaire