La complexité, cette inconnue ! Le défi du 21e siècle

  Conférencier : Lambros Couloubaritsis

Lieu : Faculté d’architecture, d’ingénierie architecturale, d’urbanisme (UCL)

Bruxelles – site Saint-Luc / local AR-06

Rue Wafelaerts, 47/51 – B-1060 Bruxelles

Date : 15 mars 2016 à 20h00

Résumé :

Au début du 20e siècle, l’irruption de l’incertitude dans les travaux scientifiques a remis en cause la physique classique et elle a confronté les chercheurs à la question de la complexité (sensibilité aux conditions initiales, non-linéarité, chaos, auto-organisation, émergence, systèmes adaptatifs complexes, stratégies décisionnelles…). Au nom de l’autonomie de la philosophie, la question de la complexité a été occultée par les philosophes alors qu’ils avaient un rôle à jouer dans la compréhension de celle-ci.

À partir des stratégies de simplification avec lesquelles l’être humain configure la réalité pour rendre intelligible un réel qui lui échappe, Lambros Couloubaritsis montre les origines de la question de la complexité dans la culture archaïque (pré-philosophique), dans l’histoire de la philosophie (investies des pratiques de l’Un et du Multiple) et dans l’approche intuitive du réel (où l’approche d’une chose la rend paradoxalement plus complexe).

Par ces études, Lambros Couloubaritsis montre que la question de la complexité dépasse les sciences et que la complexité peut être étudiée en tant que complexité, en incluant la complexité scientifique et celle du monde technico-économique.

Né en 1941, Lambros Couloubaritsis est professeur émérite à l’Université Libre de Bruxelles ou il a enseigné pendant plus de trente ans la philosophie. Il est membre de l’Académie Royale de Belgique, membre correspondant des Académie d’Athènes et d’Arménie, docteur honoris causa de plusieurs universités (Oradea, Crète, Athènes, Liège, Lille 3 et Thessalonique). Il a (co)dirigé une vingtaine d’ouvrages collectifs et il est l’auteur de plus de deux cents études. Il a également écrit plusieurs livres dont les deux tomes de La philosophie face à la question de la complexité : Le défi majeur du 21e siècle (Ousia, 2014 et 2015).

Laisser un commentaire